Ma thérapie sous hypnose, pourquoi ? comment ?

Salut les frenchies,

Aujourd’hui on se retrouve pour parler d’hypnothérapie. C’est un sujet difficile à aborder, j’en ai fait une vidéo que tu peux retrouver ici.

Ma pensée a du mal à se construire, j’ai tendance à partir dans tous les sens, mais je vais essayer de partager mon expérience de l’hypnothérapie. Je vais tenter de vous expliquer comment j’ai été amené à faire une thérapie à l’hypnose, pourquoi et les impacts sur ma vie aujourd’hui.

DISLCAIMER

Je pense que c’est important pour la compréhension que je précise que ce sera un contenu non pertinent et subjectif. Non pertinent parce que je n’ai pas de connaissances théoriques, professionnelles tout simplement parce que je suis une patiente. Je n’ai pas d’information fiable sur le sujet. Subjectif, parce que c’est un partage d’expérience personnelle, en fonction de ce que j’ai vécu, de ce que je traite aujourd’hui, avec qui je le fais.

Pour autant je trouve ça intéressant de pouvoir partager mon expérience, ça peut donner des clés de compréhension sur ce qu’est l’hypnothérapie et comment ça peut vous accompagner.

Dernier point avant de commencer, je ne cherche pas à vous vendre cette pratique ! C’est juste que pour avoir beaucoup parlé sur ce sujet avec mon entourage ou des connaissances, je sais que c’est compliqué à comprendre et à aborder alors j’espère vous ouvrir une brèche pour mieux appréhender l’hypnose. D’ailleurs je ne pense pas que cela peut convenir à tout le monde, cela dépend de la personne, du problème à traiter et de l’hypnothérapeute.

D’ailleurs, je tiens à préciser que l’hypnose est une discipline marginalisée comme la naturopathie ou l’ostéopathie, dans le sens où ces pratiques ne sont pas encadrées par l’ordre des médecins. Ce qui ne leur enlève pas leur efficacité, mais ce qui fait qu’il est plus probable de tomber sur quelqu’un de malveillant ou d’incompétent. Donc je vous conseille vivement de bien vous renseigner avant de vous lancer afin de ne pas vivre une expérience négative !

On va se lancer avec mon expérience !

Pourquoi j’ai commencé l’hypnose ?

Aujourd’hui je fais une hypnothérapie sur des sujets assez lourds, qui ont impacté ma vie. Mais quand j’ai commencé ce n’était pas mon objectif, je voulais arrêter de fumer ! Je vais vous expliquer comment j’en suis arrivée là. Donc je suis fumeuse depuis un certains nombre d’années et après avoir essayé plusieurs méthodes qui n’ont pas marché ou alors je manquais de volonté, j’ai entendu parlé de l’hypnose pour arrêter la cigarette. Un certain nombre de personne de mon entourage avait arrêté grâce à ça ! Je savais que j’allais partir dans peu de temps pour la Suède je me suis dis c’est le moment où jamais.

single cigarette stick with ashes stick

Mes préjugés sur l’hypnose

Mais franchement j’y suis allée à reculons, j’avais beaucoup de préjugés négatifs sur cette pratique, d’ailleurs j’appelais ça « l’hypnose », c’est le mot que j’avais en tête ainsi que des images d’hypnose « spectacle » que l’on peut voir à la télé. En général la personne est manipulée sans avoir conscience de rien, ce qui ne rassure pas franchement

J’avais cette impression qu’on allait modifier des trucs dans mon cerveau et que je n’aurais pas le contrôle.et ça me faisait vraiment peur ! Alors que finalement ce n’est vraiment pas ça, en tout cas quand c’est pratiqué avec bienveillance et dans l’optique d’une thérapie.

brown fabric sofa

Donc j’y vais pour arrêter de fumer et première surprise la personne discute avec moi, pour comprendre l’origine, ce qui fait je n’arrive pas à arrêter, à quoi je l’associe. Je m’attendais à ce que je m’allonge, qu’on trifouille dans mon cerveau, je paye, je m’en vais. ça m’a beaucoup rassuré d’avoir une personne à l’écoute, qui cherche à comprendre et à m’accompagner.

Il faut savoir également que quand elle me met en état d’hypnose ce n’est pas comme on peut imaginer ou voir à la télé, où on a conscience de rien et où on ne se rappel de rien. Dans mon cas j’ai conscience de tout ce qui se passe et si certains peuvent oublié certaines choses pour ma part je me rappel de tout. En plus de ça j’ai tendance à la fin d’une séance à écrire ce que j’ai ressenti, ce qu’il s’est passé, ce qui doit m’aider à garder en mémoire. Donc si l’hypnothérapeute travaille sur mon inconscient, j’ai conscience de mon environnement, de ce qui est dit, je vis le moment. C’est plutôt rassurant, car ça enlève la crainte de la manipulation et ça donne un sentiment de contrôle.

Ce qui s’est finalement passé ?

Donc l’objectif étant d’arrêter de fumer, sans rentrer dans le détail de la séance car n’étant pas professionnel je ne saurais pas l’expliquer, mais en résumé elle va ancré des éléments dans mon inconscient : je n’ai pas besoin de la cigarette, que ça me dégoute, etc. Elle va demander à ce que j’aille dans mon inconscient plus profondément, encore plus profondément pour installer ces idées. Sauf que là, j’ai fais une crise de panique, une crise d’angoisse, une crise de larme. Je ne m’y attendais pas et elle non plus d’ailleurs. C’était assez violent et assez fort, elle a terminée la séance car je pense qu’il est important de finir une hypnose pour bien en revenir. J’étais sans dessus-dessous et très affectée. Elle m’a indiqué que c’était très rare, voir ça n’est jamais arrivé que le fait de traiter d’une addiction à la cigarette déclenche ce genre de réaction. Elle m’a donc questionnée sur ce qui pouvait déclencher une telle réaction. J’ai fait tout de suite le rapprochement avec des événements dramatiques et douloureux, je ne lui en ai pas parlé sur le moment parce que trop surprise et affectée.

grayscale photo of person's back

Pour autant elle m’explique que l’hypnothérapie peut aider à travailler sur ce genre de chose, sauf que dans mon esprit pour traiter de séquelles psychologiques graves tu vas voir un psychologue ou un psychiatre, pas un hypnotiseur ! Dans ma tête il fallait travailler sur le conscient en conscience. C’est là qu’elle m’explique un petit peu et qu’un nouveau monde s’ouvre à moi : l’hypnose permet de travailler sur l’inconscient où sont logées les émotions. Les émotions négatives qui nous tirent vers le bas et nous empêchent d’avancer, on a trop tendance à tout traiter par le conscient alors qu’une grosse partie du travail est dans les émotions. Surtout chez moi qui a tendance à étouffer mes émotions.

Bien sur une thérapie avec un psychologue ou un psychiatre peut aider également ! C’est pour ça que je précise bien que l’hypnothérapie ne convient pas forcément à tout le monde et ne règle pas tout. Mais c’est possible ! Donc ça m’a ouvert une porte.

J’allais commencer une thérapie par l’hypnose

Je sors de cette séance à côté de mes pompes, ce n’est pas l’objectif d’une séance d’hypnose et ce n’est pas censé faire ça, mais sur moi ça a réagit de la sorte entre autre car j’ai des choses enfouies très fortes qui avaient besoin de sortir. En plus j’étais dans une période de ma vie de grand changement, je venais d’annoncer ma démission, on avait vendue notre maison et on s’apprêter à tout quitter avec mon mari pour partir vivre en Suède. Donc je pense qui il y avait plein de choses qui remontaient à ce moment là.

tilt shift lens photography of person lifting hand

Je n’étais pas prête à reprendre ma voiture tout de suite après cette séance intense. J’ai marché en ville et mon intuition m’a hurlé : appel la, re-programme une séance. Je me suis écoutée et je l’ai appelé, je n’allais vraiment pas bien mais je savais que si j’attendais d’aller mieux je ne prendrais pas rendez-vous. Sauf qu’après plus de 15 ans de souffrance, repousser ça ne marche plus à tel point que ça ressortait tout seul. J’avais donc une nouvelle séance qui m’attendais quelques semaines plus tard.

Pour ce qui est de la cigarette, je n’ai pas arrêté de fumer, la séance ne s’est pas vraiment déroulé comme prévu … En plus de ça, au deuxième rendez-vous, nous avons beaucoup discuté et j’ai compris une chose. Les émotions négatives m’empêchent d’avancer, elles me tirent tellement vers le bas que je n’arrive pas à accomplir des choses difficiles comme arrêter de fumer ou perdre du poids. J’ai eu une prise de poids importante après ces deux drames, et si parfois j’ai réussi à perdre c’était toujours dans la souffrance, je m’affamais et me fatiguais. Alors quand on te dit que pour ces deux cas il suffit d’avoir de la volonté c’est très dur à entendre, car vraiment tu fais tout pour arrêter de fumer ou perdre du poids. Sauf qu’en fait, la volonté suffit quand tu es équilibrée physiquement et mentalement, que tout ça fonctionne en harmonie. Sauf que quand tu as des souffrances et des émotions qui te détruit le coeur et le cerveau, il est difficile de s’accrocher. Sachant qu’en général quand tout va bien émotionnellement et que tu es bien entouré, il a peu de chance que tu te mettes à fumer ou que tu prennes du poids de manière démesurée. En comprenant ça, mon sentiment de culpabilité commençait à s’envoler, j’avais des choses à régler beaucoup plus profondes et douloureuses avant de me lancer dans d’autres combats. Si vous êtes dans le même cas que moi, alors arrêté de culpabiliser et de vous sentir mal et essayez de voir si il n’y a pas quelque chose qui vous empêche de faire le nécessaire.

Comment on a abordé mes problèmes

Pendant cette deuxième séance j’ai du expliquer ce qui me bouffait depuis des années, cela a été très difficile à dire. Je n’irais pas dans le détail ici, j’ai eu du mal à en parler à mon entourage proche, d’ailleurs je n’ai pas tout dit à tout le monde ce qui fait encore plus que je ne partagerais pas plus ici. A partir de là on a travaillé sur la libération des émotions, afin de pouvoir ensuite travailler sur les conséquences de ces drames : confiance en soi, estime de soi, culpabilité, contrôle, … Je ne vais pas mentir ça n’a pas été une partie de plaisir, parce que l’inconscient à libéré beaucoup de choses qui étaient là depuis longtemps. C’est une vraie libération aujourd’hui, je suis heureuse de l’avoir fait mais ça a été des moments difficiles.

Donc si vous vous lancez dans une thérapie à l’hypnose, je ne sais pas si c’est lié à moi, mais si vous avez des sujets difficiles à traiter, il est possible qu’après les séances ce ne soit pas tous les jours facile !

Les séances en elle même ce sont très bien passées à partir de là, dans le sens où je n’ai pas eu de nouvelle crise pendant une hypnose, je pense parce que maintenant que ma thérapeute savait ce qu’il fallait traité, pourquoi j’étais dans cet état, cela lui a permis de mieux gérer son approche. De toute façon cela aurait continué je pense que j’aurais arrêté !

two coffee lattes in yellow cup with saucer on brown wooden table

Au début de chaque séance on décide donc ensemble ce sur quoi on va traiter. Pour faciliter la compréhension je vais nommé ce que j’ai vécu : « sujet 1 » et « sujet 2 ». Quand on a commencé, j’étais convaincue que le sujet 1 serait le plus compliqué et le plus long à traiter, on a donc choisi celui là au départ. Elle a travaillé sur la prise de recul, la libération des émotions négatives, elle a redonné de la place à mon inconscient, elle l’a fait fonctionné. Entre chaque séance il y a un mois d’attente, pour que tout le travail puisse s’installer correctement pour pouvoir continuer. Donc pendant un mois mon inconscient va travailler et ce qui est intéressant et étranger c’est que tu n’en as pas vraiment conscience ! Il y a des choses qui changent et qui évoluent mais tu ne t’en rends pas forcément compte sur le moment. C’est des sensations assez étonnantes, ce n’est pas désagréable mais c’est nouveau. Et, il se trouve que j’ai travaillé sur ce sujet 1, en un mois, à une vitesse éclaire ! C’est assez rare que ça aille aussi vite. J’imagine que c’est lié au fait que j’avais beaucoup de recul par rapport à cette démarche, je n’y croyais pas vraiment et du coup moins tu as d’attente moins tu peux être déçu ! Et puis du coup j’ai laissé faire les choses, je ne pensais pas qu’à ça, du coup je n’ai pas perturbé le travail de l’inconscient. Comme je m’étais habitué à cette souffrance depuis tant d’années, je ne m’attendais pas vraiment à ce que ça puisse changer.

 

Changement radical, une guérison à la vitesse de l’éclair

En fait après cette deuxième séance le sujet 1 était quasiment réglé. Donc en une séance j’ai quasiment réglé ce problème qui me faisait souffrir depuis tant d’années. C’est fou ce que ça a déclenché chez moi, j’ai fais des choses que je ne pensais pas pouvoir réaliser un jour. C’est une expérience assez isolée, j’ai été autant surprise que la thérapeute, donc ne vous attendez pas à ce que ça aille aussi vite. Et même si j’ai pu avancer à pas de géant j’ai encore beaucoup de choses à régler aujourd’hui. J’ai déjà fais une dizaine de séance donc on en règle pas tout en une, mais le fait d’avoir avancé aussi vite ça m’a mise en confiance et ça m’a donné la force de continuer.

asphalt road between trees

En ce qui concerne la troisième séance, je me suis rendue compte que le sujet 2 était le plus problématique. Je l’avais tellement enfouie … En fait, le sujet 1 tous mon entourage proche est au courant, j’ai donc du vivre avec, alors que le sujet 2 beaucoup moins, ce qui m’a permis de l’étouffer mais qui du coup m’a le plus bouffé et qui m’a posé le plus de problème dans ma vie, encore aujourd’hui. On a continué la libération des émotions avant de s’attaquer aux autres thématiques.

Ma thérapie à l’hypnose par Skype

Pour la suite c’est assez étonnant. Parce que notre troisième séance c’était normalement ma dernière séance puisque je partais vivre en Suède. En même temps quand j’ai commencé je pensais y aller une fois pour régler mon problème de cigarette. On était un peu déçue l’une et l’autre de ne pas pouvoir continuer, elle m’a conseillé de continuer en Suède, sauf que je ne me voyais pas me lancer dans une hypnothérapie en anglais ! Ca aurait pu être la fin, sauf que je suis tombée sur une professionnelle bienveillante, qui avait envie de continuer, elle m’a propose de faire mes séances par Skype ! Quelle surprise et en même temps je ne pouvais pas ne pas essayer.

Comment ça se passe une séance par skype ?

Déjà, après plusieurs séances, je peux vous dire que sur moi ça a marché ! Vraiment bien. Voir mieux. En effet je ressens beaucoup plus l’état d’hypnose, par exemple parfois je pense pour tester mon état, elle me demande à ce que je ne ressentes plus mon bras droit. Dans les séances « in real life » j’avais en effet l’impression que mon bras était plus lourd mais ce n’est pas flagrant. Depuis que je le fais depuis chez moi mon bras est complètement engourdi, comme quand on a des fourmis dans un membre. Les résultats des séances sont tout aussi efficace. Après en avoir discuté avec elle je pense qu’il y a plusieurs raisons.

pair of white adidas superstar sneakers

Tout d’abord le fait d’être chez moi me permet de me sentir en sécurité, je suis dans une zone de confort que je contrôle et maîtrise, je me sens donc beaucoup plus en confiance et probablement je me laisse plus allée à l’hypnose.

Ensuite, une fois la séance terminée, le choc n’est pas brutale, je ne suis pas directement confronter au monde environnant, je n’ai pas à me concentrer sur la route pour rentrer chez moi. Je suis déjà chez moi, j’ai donc le temps de digérer ma séance et de prendre soin de moi.

L’hypnothérapie ça fonctionne ?

gray concrete road top between green treesChez moi oui ! Après je ne peux pas dire que ça marche pour tout le monde. Mais clairement je vois les impacts dans ma vie, dans ma façon de ressentir, de penser, d’évoluer, d’avancer. Pourtant j’avais beaucoup de préjugés. Mais elle m’a dit quelque chose de très juste, en fait je me suis directement annoncée comme quelqu’un de terre à terre, cartésien, qui avait du mal à croire à ça et elle m’a répondu avec du recul que c’est souvent ceux qui se considèrent comme tel sur qui ça marche le mieux. Souvent parce qu’en fait on ressens certaines choses, mon intuition par exemple, mais pas que, et on en a peur alors on se raccroche à des choses « raisonnables » et raisonnés, pour autant on est potentiellement plus sensible à ce genre de travail.

Quels sont les impacts ?

silhouette of personrJe fais une petite parenthèse qui n’a rien à voir avec l’hypnose, je ne veux pas que vous pensiez que l’hypnose est spirituelle ou ésotérique, ce n’est pas le cas du tout, c’est une approche pour travailler sur l’inconscient comme la psychanalyse peut le faire, mais c’est souvent des préjugés qu’on en a. Pour autant, pour ma part, cela a réveillé quelque chose en moi, j’ai toujours eu de grandes intuitions, j’ai toujours suivi mon instinct, j’ai toujours ressentie certaines choses, mais que j’ai mis de côté parce que ça me faisait peur et l’hypnothérapie m’a permis de prendre conscience de ça. Tout ça pour dire que cette approche par l’hypnose ma permis un travail vraiment global, déjà sur le sujet 1 et le sujet 2. Le premier sujet est aujourd’hui, je peux le dire, réglé, je le vis de manière positive aujourd’hui. Le sujet 2 avance, on travaille dessus, sur les aspects confiance en soi, estime de soi, sur mon rapport à mon corps car c’est un drame qui a perturbé ma façon de me représenter. Ca a eu aussi des impacts sur ma spiritualité comme je le disais, ça me permets de l’assumer beaucoup plus. Pour finir, ça m’a libéré d’un certains poids que je ressens physiquement aussi. Je ne vais pas rentrer dans le détail de mon poids, j’en reparlerais sûrement plus tard, mais il se trouve que depuis que j’ai commencé j’ai perdu 10kg, sans y penser, sans le vouloir. Parce que clairement ce n’était pas mon objectif, je pensais qu’une fois terminé je pourrais m’y atteler, mais finalement ça c’est imposé à moi, j’ai un sentiment de satiété que je n’avais pas avant, il y a des moments où je n’ai juste pas faim et je ne mange pas, ça doit vous paraître comme une situation normale, sauf que j’avais un dérèglement émotionnelle qui impactait mon besoin de manger. Ca m’aide d’autant plus à me ré-approprier mon coeur et à apprendre à m’aimer.

Pourquoi on ne travaille pas plus sur notre inconscient ?

peoples walking on pedestrian laneJe vais terminé avec une question pour laquelle je n’ai pas vraiment de réponse. En fait, je me suis déjà confrontée à la psychologie en tant que patiente et à la psychiatrie en tant que proche, dans les deux cas ça a été pour moi une mauvaise expérience. Attention, je ne dis pas que ce n’est pas nécessaire et que personne n’est compétent dans ce domaine, je dis juste que je ne suis pas tombée sur les bonnes personnes. Au delà de ça, je remarque que le sujet de l’inconscient est peu voir pas traité, dans ces disciplines mais aussi dans notre société en générale. Je pense que c’est un gros problème, on nous apprend à être fort, à ne pas ressentir pour résister et avancer, on nous explique que les émotions affaiblissent, on nous explique que l’on doit se contrôler. Hors, le fait de ne pas gérer ses émotions et son inconscient, en donnant une place forte à notre conscient, la raison pour les étouffer, on a une perte de contrôle, le contrôle passe également par l’inconscient. Accepter et vivre ses émotions c’est avoir le contrôle. C’est ça que j’ai compris, une grande leçon indispensable pour mon futur, mais peut être pour le votre aussi.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié par

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.